See:

 

http://affaires.lapresse.ca/economie/quebec/201211/28/01-4598577-pierre-duhaime-arrete.php

 

Pierre Duhaime arrêté

Publié le 28 novembre 2012 à 11h56 | Mis à jour à 13h27

 

Pierre Duhaime...

Pierre Duhaime

Vincent Larouche
Vincent Larouche
La Presse

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) a arrêté Pierre Duhaime, l'ex-PDG de SNC-Lavalin, pour fraude, complot en vue de commettre une fraude et usage de faux dans l'affaire du contrat du Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

L'UPAC a confirmé son arrestation sans préciser qu'elle est liée au dossier de l'hôpital.

La Presse a révélé récemment que le bras armé de l'Unité, l'escouade Marteau, enquêtait sur des paiements irréguliers de 22 millions autorisés par des cadres de SNC-Lavalin (T.SNC) pour mettre la main sur le contrat de construction et de gestion du CUSM.

 

Riadh Ben Aissa, ancien haut dirigeant de SNC-Lavalin déjà détenu en Suisse pour blanchiment d'argent, sera aussi accusé au Québec dans cette affaire.

Des démarches seront entreprises pour obtenir son extradition.

 

En septembre 2011, alors qu'il était encore à la tête de la multinationale québécoise du génie-conseil, Pierre Duhaime avait déclaré qu'il n'était pas nécessaire de tenir une commission d'enquête publique sur la corruption et la collusion dans l'industrie de la construction.

«Il y a plein de systèmes, plein d'initiatives que le gouvernement a mis en place et ça commence à donner des résultats. Je ne vois pas ce qu'une commission d'enquête publique pourrait faire de mieux», avait-il déclaré devant les journalistes.

L'une des initiatives déjà mise en place à cette époque était l'escouade Marteau, celle-là même qui vient de l'arrêter aujourd'hui.

SNC-Lavalin a réagi à l'arrestation en début d'après-midi

«Nous venons d'apprendre l'arrestation de Pierre Duhaime. Nous ne disposons pas de précisions quant aux accusations qui pourraient être portées contre lui et nous ne pouvons faire de commentaires à ce sujet», a expliqué Lilly Nguyen, porte-parole de l'entreprise.

Celle-ci a tenu à souligner que SNC-Lavalin a coopéré avec les autorités au Québec et à l'étranger pour faire la lumière sur les soupçons de malversations visant certains anciens dirigeants.

«Nous avons volontairement remis des renseignements en notre possession aux autorités locales et à d'autres juridictions, afin qu'elles puissent prendre toute mesure qu'elles pourraient juger appropriée», a-t-elle déclaré.

«Nous sommes catégoriques, aucun comportement non-éthique ou actes illégaux ne doivent être tolérés. Nous croyons que quiconque est réputé avoir commis un délit lié à une enquête doit être traduit en justice», a ajouté la porte-parole, qui rappelle aussi que la firme a resserré ses contrôles et processus internes depuis le départ de Pierre Duhaime.